La yoga thérapie, à la découverte de cette terre inconnue

La yoga thérapie nous aide à vivre avec plus de bien-être en resserrant le lien inextricable qui existe entre notre corps et notre esprit. Ce soin alternatif d’un genre nouveau repose en grande partie sur la relation entre le praticien et son client. Explications.

Quand je dis que je suis yoga thérapeute, j’entends souvent la même question : « c’est quoi la yoga thérapie ? »

Allons-y pour la réponse. Une session de yoga thérapie n’est pas un cours de yoga comme les autres dans la mesure où le seul objectif du yoga thérapeutique est d’aider la personne à retrouver le chemin vers une meilleure santé physique, émotionnelle ou mentale. Quelle que soit la forme physique ou la morphologie de la personne en question. Ici, la question de savoir si le client fait une pose correctement ou pas est tout à fait secondaire. Pour une meilleure efficacité, la yoga thérapie ne se pratique qu’en session individuelle ou en petit groupe.

Nous sommes un peu plus de 5 000 yoga thérapeutes certifiés par The International Association of Yoga Therapist (IAYT) dans le monde. Autant vous dire que nous sommes des précurseurs et que nous essuyons les plâtres. Quant à l’IAYT, c’est un organisme non-gouvernemental fondé à la fin des années 80 sur la côte Ouest (des Etats-Unis) par une poignée de professeurs de yoga et de docteurs. Ces dernières années, l’association a créé des standards de formation pour les professeurs de yoga qui veulent enseigner la yoga thérapie et les studios de yoga qui proposent une formation en yoga thérapeutique. L’ONG travaille aussi sur un projet à plus long terme : imposer, au niveau fédéral, le yoga thérapeutique en tant que discipline thérapeutique au mème titre que le massage ou l’acupuncture par exemple. Nous n’y sommes pas encore. En attendant, cela ne nous empêche pas d’aider nos clients sur leur chemin du mieux-être.

Qui peut bénéficier de la yoga thérapie ? Toute personne voulant aller plus loin sur son chemin du mieux être et de la guérison : celles qui veulent aller au plus profond de leur ressenti, celles traversées par l’anxiété ou le deuil, les personnes se remettant d’une opération, les patients et les survivants du cancer, etc. La liste est longue.

J’ai commencé à tisser le canevas de mon propre style de yoga thérapeutique il y a 16 ans, bien avant d’obtenir ma certification. Le yoga que j’ai appris pendant 14 ans de ma professeure, Aline Frati, qui enseignait à Paris, fait partie de mon protocole. « On ne peut rien modifier si le corps n’est pas dans la relaxation profonde, » disait-elle. Dans chaque session que j’anime, je guide les participants dans des mouvements lents et la respiration profonde. Tous deux ont pour but d’amener la personne à se relaxer en profondeur et à « écouter » le corps. Quand je dis « écouter le corps », je veux dire prendre conscience des tensions dans le corps et des messages que ces tensions viennent nous délivrer.

Aline Frati, ma professeure de yoga, a enseigné pendant 40 ans à Paris avant de nous quitter en 2018.

Je suis convaincue que la parole dite fait partie intégrante de toute guérison. C’est pour cette raison que dans chaque session que j’anime, je fais la place pour que mes clients puissent nommer ce qu’ils ressentent, où ils en sont dans leur vie et ce que les tensions du corps disent sur leur histoire. Dans ce protocole, l’échange verbal est tout aussi important que la pratique du yoga tout simplement parce que partager notre ressenti et des expériences qui ont du sens pour nous est l’une des choses les plus puissantes que l’on puisse faire pour notre bien-être. Pour cette partie, je travaille sous la supervision de Laurent Malterre, un psychologue, enseignant en psychologie clinique et auteur, basé à Paris.

L’écoute active. L’échange verbal. Et le yoga. C’est ça la yoga thérapie pour moi.

Laurent Malterre, psychologue, dans son cabinet parision. Il a co-animé des retraites dans la région de Bordeaux avec des thérapeutes français formés notamment au renommé Esalen Institute, situé près
de San Francisco dans les années 80.


Pourquoi explorer nos fascias ?

C’est dans les fascias, les tissus corporels qui connectent chaque muscle et organe, que se niche notre vécu. Contacter le mouvement interne de ces tissus peut nous amener vers plus de santé et de vivance.

Est-ce vous vous êtes deja senti(e) totalement connecté(e) avec votre corps ? Si oui, est-ce que vous avez senti combien cela vous a permis d’étre au plus proche de votre ressenti ?

Il existe une façon, entre autre, de se sentir intimement connecté à son corps : c’est en explorant les fascias.

Mais les fascias, c’est quoi ? C’est un terme qui regroupe tous les tissus corporels qui englobent, traversent et entourent chaque muscle et chaque organe du corps, de la tête aux pieds. Les fascias sont des éléments vitaux de notre organisme. Appelés aussi les « autoroutes de l’information », ils transportent très rapidement des substances chimiques et des signaux électromagnétiques partout dans le corps. En fait, c’est à travers les fascias que nous faisons l’expérience de notre vécu, de notre existence.

Pourtant, les fascias ont longtemps été négligés. Heureusement, les choses ont changé ces dernières décennies : la médecine occidentale traditionnelle et la médecine alternative s’y sont intéressées et ont mené des recherches. On sait maintenant que les fascias sont essentiels à la santé.

Retour dans les années 80. Le professeur Danis Bois, kinésithérapeute et ostéopathe, a mis au point une thérapie basée sur un massage extrêmement sensible des tissus mous, qu’il a appellé la fasciathérapie. Danis Bois a cherché à contacter, chez ses patients, le mouvement interne de ces tissus, à repérer son rythme, à le réactiver. Mais voilà, peu de temps après avoir mis au point ce massage, le praticien s’est rendu compte que ce travail corporel pouvait faire ressurgir à la surface des émotions et des souvenirs enfouis. Il a donc décidé de reprendre le chemin de la fac et d’étudier la psychologie (entre autre) afin d’apprendre à accompagner ses clients dans ce travail émotionnel.

« A l’écoute de l’infiniment imperceptible »


La fasciathérapie aide dans de multiples circonstances. Surtout, elle permet d’être plus présent à sa vie, à soi. Elle nous aide à prendre conscience de nos besoins profonds et à prendre soin de nous.

Danis Bois porte notre attention sur le fait que la fasciathérapie n’a pas pour but de modifier l’état de la conscience à l’image de certaines thérapies comme le rebirth qui nous pousse à faire émerger des émotions. Avec la fasciathérapie au contraire, « nous sommes à l’écoute de l’infiniment imperceptible », dit-il.

Savez-vous que le yoga peut, lui aussi, vous aider à agir sur le mouvement interne des fascias ? L’essentiel est de trouver un professeur qui soit présent et qui vous guide dans une pratique du yoga où les mouvements sont lents et qui s’appuie sur la respiration profonde. Ce style de yoga aide, non seulement, à réactiver les fascias, il permet aussi à la personne de ressentir en profondeur les sensations et les tensions qui sont nichées dans le corps. Il ya quelque chose de magique qui se passe lorsque l’on est dans cette perception ultra sensible de son corps. Malgré tout, ressentir ne suffit pas. Si nous voulons guérir de nos blessures, nous avons aussi besoin de la parole. Nous avons besoin de traduire ces sensations et ces tensions en mots, de nommer les sentiments qu’ils cachent. Parce que guérir, c’est tout à la fois ressentir dans le corps et briser le silence.

Sources:
Centre d’Etude et de Recherche Appliquée en Psychopédagogie Perceptive
Fasciapraktijk Amsterdam
– Article “L’éveil sensoriel” published in Inexploré, spring 2021. Inexploré is a French quarterly magazine at the crossroad of science, spirituality and psychology.

Notre corps a toutes les réponses, écoutons-le !

Notre expérience de vie s’exprime dans notre corps. C’est pour cela que j’invite mes clients en yoga thérapie à plonger au plus profond de leur chair pour écouter les messages du corps, puis à se dire, à rencontrer l’autre avec la parole. Pour, au bout du compte, se libérer des blessures émotionnelles.

C’est en surmontant deux maladies graves que j’ai commencé à travailler sur le corps et son intime relation avec le monde des émotions. J’ai beaucoup appris tout au long de ce chemin. J’ai pris conscience que tout traumatisme, toute information qui est trop douloureuse pour qu’elle arrive à la conscience, toute émotion réprimée se loge dans le corps sous forme de tension ou même, parfois, de maladie. J’ai pris conscience que notre psyché fait tout ce qu’elle peut pour oublier ces expériences et ces sentiments douloureux. Nous nous réfugions derrière nos masques et nos protections et, bien souvent, nous mettons le corps de côté.

Si l’on veut aller plus loin sur notre chemin du bien-être, si l’on veut vivre une vie qui est en harmonie avec ce que nous sommes profondément, alors il va nous falloir contacter et ressentir ces émotions enfouies afin de les accepter et les réintégrer en toute conscience dans le parcours de notre vie.

Pour y parvenir, nous allons avoir besoin de l’aide du corps. Tout simplement parce que le corps et la psyché ne font qu’un. Ces deux-là sont comme la main et le gant. Si la main bouge, le gant va bouger aussi. Autrement dit, toute notre expérience de vie s’exprime à l’intérieur de notre corps.

Alors comment ça marche, comment guérir nos blessures émotionnelles avec l’aide du corps ?

Le corps nous parle mais, la plupart du temps, nous ne prêtons pas attention aux signes, nous ne sentons rien. C’est pour cela que tout processus de guérison commence par une pause, par se mettre à l’arrêt. Ma professeure de yoga, Aline Frati, avait l’habitude de dire, “il n’y a pas de guérison sans repos, sans pause».

La question fondamentale : “Qu’est-ce que vous ressentez” ?

La yoga thérapie que j’enseigne s’appuie sur un yoga doux qui amène la personne à se centrer sur une respiration yogique à la fois lente et profonde tout en suivant un enchaînement de poses simples fait, lui aussi, à un rythme très lent. Cette lenteur va permettre d’écouter ce que le corps dit.

Une fois que nous avons écouté les messsages du corps, nous pouvons passer à l’autre étape du processus de guérison qui consiste à mettre en mots ce que nous ressentons, à dire notre expérience de vie. Nous avons besoin de partager nos rêves et nos blessures avec d’autres qui peuvent véritablement écouter et reçevoir qui nous sommes. Pour guérir, il nous faut aussi rencontrer l’autre. C’est pour cette raison que mes cours de yoga thérapeutique commencent et finissent par un cercle de parole. Je demande aux participants de s’engager à participer régulièrement aux cours, pour éviter les ruptures de lien entre les participants. En effet, dans ce travail de yoga thérapeutique, chaque personne avance sur son chemin de guérison grâce à la pratique du yoga, à mon travail de facilitatrice mais aussi à la relation qu’elle a avec les autres personnes du groupe.

Ce chemin de guérison est parfois difficile, il exige courage et patience. Mais quand on parvient à plus de bien-être intérieur et de joie, alors on sait que l’on a eu raison de prendre ce chemin-là et pas un autre.

Photo : Photo: Femme Accroupie , 1880-1882Auguste Rodin. Expo ”Picasso-Rodin” au Musée Picasso à Paris, juin 2021.

« J’ai besoin que vous gardiez la foi »

Comment le chemin vers la guérison d’une plaie post opératoire m’a appris la puissance de la foi.

Mai 2014. Mon mariage est au bord du gouffre. Je viens de reçevoir le diagnostic d’un second cancer du sein–dix ans après le premier. Le lendemain de mon diagnostic, mon père apprend qu’il a un cancer du poumon. C’est un tsunami. Je quitte Atlanta pour m’installer à Paris chez mes parents pour me faire soigner et pour que nous nous retrouvions, protégés, tous les trois sous le même toit.

Mon opération, une tumorectomie sur le sein droit, se passe bien. A un « détail » près. La plaie post-opératoire s’est infectée. Ca tombe mal. Je dois, dans les prochains jours, commencer une chimiothérapie de 4.5 mois.

Infection et chimio ne font pas forcément bon ménage. Pourtant, je n’ai pas d’autre choix que de commencer le traitement « lourd » tout en espérant que l’infection se résorbera.

Miracle. A la fin de la chimio, l’infection disparait. Quel soulagement pour moi bien sûr mais aussi pour mon chirurgien. Je me retrouve pourtant face à un autre problème. La plaie s’est ouverte. Elle doit être soignée en allant du centre vers l’extérieur afin d’éviter que l’infection ne ré-apparaisse. Chaque jour, je dois voir une infirmière pour qu’elle nettoie et désinfecte la plaie, qu’elle y mette une nouvelle compresse et un pansement propre. Je dois vivre ce rituel quotidien jusqu’à la cicatrisation complète. Combien de temps est-ce que cela va durer ? Personne ne sait. D’autant que nous sommes au creux de l’hiver, une période où l’organisme et le système immunitaire fonctionnent au ralenti.

Deux mois plus tard, la plaie en est toujours au même point. J’ai rendez-vous chez mon chirurgien pour ma visite bimensuelle. C’est rare mais, ce jour-là, je me sens découragée. « Pour que la plaie guérisse, j’ai besoin que vous gardiez la foi », me dit Dr Dulaurans. Ses mots me secouent. Ils font echo à ce que me dit depuis des mois mon ami réflexologue, Rodrigue Vilmen : « Tu es tiraillée, tu refuses de laisser partir John et ton mariage. La plaie est l’expression de cette bataille émotionnelle. Aie confiance. Va dans le sens de la vie sans résistance. La plaie cicatrisera au printemps au moment où tu y verras plus clair ».

Six mois plus tard. C’est exactement ce qu’il se passe.

Aujourd’hui, je m’adresse à vous via ce blog pour vous demander la même chose : gardez la foi.

Parlons bien-être

Parce que le monde s’intéresse enfin au bien-être, j’ai adapté pour le grand public un atelier que j’avais conçu, il y a trois ans, à l’origine pour des personnes qui cherchaient à rebondir après une maladie grave. Le nouvel atelier, intitulé Achieve Wellness In Uncertain Times, donne une vision inédite de ce qu’est le bien-être.

C’était à la fois en tant que yoga thérapeute et double survivante du cancer, qu’en 2017, j’avais créé un atelier de trois jours que j’avais baptisé Thriving After Illness–A Transformational Workshop.

A l’origine, l’atelier était destiné aux personnes qui se remettaient d’un problème de santé. Le but de l’atelier était d’aider les personnes à retrouver le bien-être, à se reconnecter avec leur force de vie et à émerger plein de vivance après l’épreuve de la maladie. J’y partageais ce qui m’avait aidé sur mon propre chemin vers la santé.

L’atelier s’appuyait sur trois approches : le yoga, la thérapie gestalt et la nutrition. J’y enseignais le yoga que j’avais appris pendant 14 ans auprès d’Aline Frati, ma professeure à Paris–un yoga à la croisée des chemins entre le corps et l’esprit.

« Que ressentez-vous ? », « Que se passe-t-il pour vous ? », « Quels sont vos rêves ? »… Avec des questions comme celles-ci, je faisais aussi appel à la thérapie gestalt en invitant les participants à explorer leur humanité, à parler de leur parcours de vie, convaincue qu’un chemin d’introspection et de partage avec l’autre est un élément indispensable pour retrouver la santé.

Enfin, nous parlions d’alimentation car l’alimentation, quand elle est bonne pour soi, est porteuse de vie et de lumière.

Depuis, le monde a changé.

Aujourd’hui, la pandémie fait remonter à la surface toutes nos zones d’ombres non résolues, qu’elles soient liées à notre corps, nos émotions, nos relations ou nos objectifs de vie. Même ceux d’entre nous qui n’avaient jamais réfléchi au bien-être, s’intéressent maintenant à la question.

Ce constat m’a amené a adapté Thriving After Illness pour le proposer à un public plus large.

Mon nouvel atelier, Achieve Wellness In Uncertain Times, est accessible à tous, plus seulement aux personnes qui se relèvent d’une maladie grave. Il s’agit d’une discussion live, virtuelle dans laquelle je partage comment j’ai appris à gèrer mon stress et comment j’ai trouvé ma place dans le monde. J’y pose des questions, parfois des questions difficiles, des questions nécessaires pour grandir. J’invite les participants à partager leur vécu et leur ressenti. Des liens se font. Parfois, les participants trouvent immédiatement les réponses à certaines questions. D’autres fois, les réponses leur viennent bien après la fin de l’atelier. Comme l’a dit l’un des stagiaires à l’issu d’un atelier : « j’ai beaucoup de questions auxquelles je n’avais jamais pensé ». Ce qui est sûr, c’est que les stagiaires repartent avec une toute autre vision du bien-être.

J’ai animé Achieve Wellness In Uncertain Times pour la toute première fois pour l’Alliance Française d’Atlanta en septembre 2020. Je présenterai l’atelier au public de l’Alliance Française de Portland en mars 2021 et à celui de l’Alliance Française d’Edmonton en mai 2021 avant, je l’éspère, de le faire découvrir à d’autres publics. Car maintenant, tout le monde a besoin de bien-être !

Le retour

Le coronavirus m’a fait retrouver le chemin vers chez moi mais aussi tout simplement vers moi. Et vous, qu’est-ce que la pandémie vous apprend sur vous ?

« La maladie est un raccourci”, m’a dit ma professeure de yoga, un jour.

Je me rends compte, aujourd’hui, à quel point Aline avait raison. La pandémie et le confinement qui l’accompagne nous font revoir certaines choses qui ne fonctionnent plus dans notre vie–que ce soit un aspect de notre santé, un travail, une relation ou tout simplement la manière dont on gère une situation donnée.

Le coronavirus a eu, et a des répercussions sur ma vie aussi.

A la mi-mars, lorsque le gouverneur de l’état de Géorgie a instauré le confinement pour réduire la propagation du Covid-19. mon ami d’alors m’a convaincu de quitter mon appartement à Atlanta et de rester chez lui dans les Appalaches, à deux heures de route. L’amour, deux hectares de terres, un immense potager m’ont semblé d’excellentes raisons de me décider. J’ai fait mes valises et je suis partie.

J’avais une autre motivation pour partir, plus inconsciente. C’était le besoin d’être entendue et acceptée, et de trouver ce que j’ai cherché toute ma vie–un nid où me sentir en sécurité.

Ce jour de mars, je conduisais donc vers le paradis.

Trois semaines auront suffit pour que je me rende compte, qu’aussi beau qu’il soit, ce paradis était le sien, pas le mien. Souvent, je peinais à trouver ma place. Je sentais que j’étais une anomalie dans ce lieu, qu’il me fallait faire des efforts pour être acceptée. Il est arrivé un moment où je disais « oui » alors, qu’en vérité, je voulais dire « non » plus souvent que je ne l’aurais voulu. Je sentais que je commençais à « negocier » avec mon intégrité.

Au bout d’un moment, j’ai fini par dire « non ». J’ai choisi de me confronter avec ma peur d’être rejetée. Un sacré accomplissement pour moi qui ait passé la plus grande partie de ma vie à satisfaire les besoins et les désirs des autres avant les miens.

J’ai aussi choisi de confronter ma peur de traverser une Géorgie et un Atlanta confinés, en prise avec la pandémie.

Sur le chemin du retour, je me suis sentie en paix. « En sécurité dans ton intégrité », m’a justement dit mon ami Roy.

Depuis, je commence à faire quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. Je construit mon propre paradis.

Que ce soit pratiquer le yoga, ré-organiser mon bureau, replanter, être connectée avec ma famille ou mes amis, enseigner le français ou le yoga, écrire mon blog, cuisiner ou je ne sais quoi, je construis mon propre nid. En toute sécurité. Ce que j’ai cherché pendant toutes ces années à l’extérieur, se trouvait en fait à l’intérieur de moi.

Je me sens en accord avec moi-même. Je le sens dans mon corps. Et finalement quelle meilleure protection contre une maladie mortelle ?


Une belle personne

Appalachian North Carolina

J’ai décidé de me faire un cadeau : de voir, vraiment regarder–enfin–la belle personne que je suis.

Octobre, c’est le mois consacré à la sensibilisation au cancer du sein. D’habitude à cette période de l’année, j’écris un post sur ma propre expérience de cette maladie. Cette année, j’avais envie de faire différemment. J’avais besoin de voir ces choses, trois choses, qui font de moi une belle personne.

Mon secret

J’ai un secret : une connaissance profonde des sentiments et des émotions, une connaissance de ce qui fait l’humanité de l’autre. Cette connaissance fait partie de mon ADN. C’est un désir unsatiable de découvrir de nouveaux mondes–quels qu’ils soient–, d’aller à la rencontre de l’âme de l’autre et de le comprendre. Que je passe un après-midi dans un festival Malcom X, un week-end dans une communauté hippy ou que je sois invitée à une réunion d’Alcooliques Anonymes pour écouter le témoignage d’un ancien alcoolique, j’ai la capacité de connecter avec l’autre. Parfois, j’ai le sentiment de connecter avec l’autre comme si je pouvais être sa meilleure amie.

Surmonter

Traverser deux cancers, immigrer de l’autre coté de l’océan, vivre en couple, surmonter la perte d’un être cher, un divorce, gérer un changement radical de carrière… Le tout en continuant de croire en l’amour, en la possibilité de construire ensemble et… en continuant à danser. Je navigue parmi les épreuves avec, toujours, la volonté de les surmonter, avec la croyance que tout est toujours possible. Eh ! Vous, mes anges, là-haut ! Faites en sorte que ma volonté reste intacte !

Authenticité

« Restez vous-même ». C’est Leif Roland, mon thérapeute et formateur en gestalt à l’époque, qui m’a fait cette demande quelques mois après mon arrivée aux Etats-Unis , il y a treize ans. Immergée du jour au lendemain dans une culture qui m’était inconnue, je me sentais paralysée par ce que j’imaginais que l’on attendait que je sois : une femme polie, souriante et heureuse, quelles que soient les circonstances. Avec cette simple phrase, c’est comme si Leif m’avait donné la permission de rester moi-même. Et je le suis restée, envers et contre tout.

Et vous ? Quelles sont ces choses qui font de vous une belle personne ?

Autre post sur le même sujet :
« Octobre rose » : c’est l’intuition qui a sauvé mon sein (4 oct. 2018)

La guérisseuse blessée

Docteurs, thérapeutes,… Nous, les soignants, nous sommes tous des « guérisseurs blessés » comme l’évoque le psychologue Carl Jung. Ces mots résonnent chez moi à la fois en tant que personne blessée et en tant que soignante.

Mon ami, Randy Spiers, astrologue, a été le premier à me parler du « guérisseur blessé ».

Le psychologue Carl C. Jung, qui s’est intéressé aux archétypes, a développé la notion de « guérisseur blessé » pour décrire le processus qui se met en place entre un docteur et son patient, entre un guérisseur et son client. Jung est allé chercher l’origine de ce phénomène dans la mythologie grecque.

Jung a associé le soignant à Chiron, le centaure, mi-homme mi-cheval, qui avait une immense capacité à soigner. Selon le mythe, Chiron a été accidentellement blessé par une flêche empoisonnée d’Héraclès. Chiron a survécu, souffrant d’une blessure incurable jusqu’à la fin de ses jours. Il a continué à soigner les souffrants, jusqu’à ce qu’on lui donne l’opportunité de devenir mortel et de mourir. C’est grâce à sa blessure que Chiron est devenu un guérisseur légendaire.

« Survivante » du cancer et yoga thérapeute, je me considère, moi aussi, comme une guérisseuse blessée.

Il y a cinq ans, j’ai commencé à regarder ma blessure de plus près. Je sortais de mon second cancer. J’avais besoin de comprendre ma maladie. Que me disait-elle ? Dans ce processus, je suis remontée à mon enfance. Ma mère était dans une dépression profonde, totalement absente affectivement, sous valium. Mon père était occupé à travailler dur. Pendant ce temps, ni l’un ni l’autre ne portait leur regard sur moi. C’était comme si je n’existais pas.

Un besoin irrépressible d’être vue

Le fait de ne pas avoir été vue ni entendue enfant a laissé une profonde empreinte en moi. Comme tout autre personne, j’avais un besoin irrépressible d’être vue et entendue. J’ai pris conscience que j’avais développé, depuis ma petite enfance, une stratégie pour exister aux yeux des autres : je donnais abondamment en tout, en temps, en affection, en attentions…, pour être aimée. Je donnais aux camarades de classe, à ma famille, à mon amoureux, mes amis, mes clients, bref à tout le monde. Je donnais au point de m’épuiser, au point de tomber malade.

C’est comme ça que deux cancers ont fait irruption dans ma vie, à dix ans d’intervalle. La première fois, la maladie est survenue à la suite d’une relation abusive qui a duré dix ans.

Une fois remise, j’ai traversé l’océan et recommencé à zéro.

Parce que je croyais–et je crois toujours–à une vie à deux, je me suis mariée. Là encore, j’ai fait beaucoup pour être aimée. Là encore, je n’étais ni vue ni entendue. Le corps a parlé à nouveau, la maladie a réapparu. Dans mon parcours de guerison, j’ai eu l’immense courage de quitter notre relation.

J’ai laissé tomber ma carrière de journaliste d’entreprise pour créer mon propre style de yoga thérapeutique. J’y ai mis tout ce que j’avais appris tout le long de mon parcours. Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie vue et entendue. Par mes clients.

Mon chemin a été ponctué d’autres « au revoir ».

Mon premier cancer a été le point de départ d’un voyage vertigineux vers la santé. Chaque étape de ce voyage a eu et a toujours un seul et unique but : me permettre d’être vue et entendue. C’est mon engagement envers moi-même, c’est ma mission en tant que personne et en tant que yoga thérapeute.

Sources:
The Wounded Healer as Cultural Archetype (Purdue University)
The Wounded Healer: A Jugian Perspective (jungatlanta.com)



L’étape des cinq ans

Cinq ans se sont écoulés depuis mon second cancer. Cinq années importantes pendant lesquelles j’ai appris une grande leçon : mes besoins profonds sont aussi importants que ceux des autres.

Il y a cinq ans, je reçevais le diagnostique de mon second cancer. Une fois de plus, j’étais térrifiée, face à face avec ma propre mortalité. Depuis, je suis en rémission complète grâce à Dieu, la vie, l’univers ou quelque soit le nom que l’on donne à ce plus grand que soi.

Mon second cancer m’a changé de manière plus profonde que le premier. Cette fois-ci, je n’ai pas changé mon style de vie. J’avais déja changé la façon de m’alimenter, de me relaxer, ma façon de vivre finalement dix ans auparavant, après mon premier cancer. Cette seconde fois, c’est au niveau de mon âme que la maladie m’a métamorphosée.

Quand je regarde en arrière, ces cinq dernières années ressemble à une route longue et sinueuse. Sur ce chemin, j’ai découvert quelque chose qui s’avère être essentiel à mon bien-être : l’importance de prêter attention à mes besoins profonds. Il faut dire que, pendant des années, j’ai accordé bien plus d’importance aux besoins des autres qu’aux miens. J’ai d’ailleurs une théorie sur les personnes qui ont eu un cancer. Elles partagent toutes un point commun : la tendance à placer les besoins des autres avant les leurs.

Revenons sur ma route longue et sinueuse.

En 2014, j’ai réalisé que j’avais aidé mon mari à atteindre son rêve–acheter une maison. Il se trouve que son rêve, même si je l’ai compris plus tard, n’avait rien à voir avec le mien. Je me fichais royalement d’être propriétaire d’une maison. Ce qui m’importait c’était d’être vue par l’homme que j’aimais. Nous avons fini par acheter une maison et dans une relation vide de connexion profonde. Nous avons divorcé. Deux ans plus tard, j’ai lâché une carrière de journaliste d’entreprise de plus de 25 ans. Avoir un certain titre et statut professionnel était le rêve de mon père, pas le mien. Ensuite est venu le temps où j’ai dit « non » à des amis pour la première fois. Ils étaient habitués à ce que je réponde présente quelque soit la situation dans laquelle je me trouvais. Le temps est venu aussi où j’ai commencé à apporter davantage de joie dans ma vie. J’ai toujours aimé danser. Je rêvais depuis longtemps d’apprendre des danses, toutes sortes de danses. Aujourd’hui, la « contra dance », le « zydeco », la salsa et la « blues dance » font partie de ma vie.

Je vis un nouvel amour depuis un an. Plus que tout, cette relation teste ma capacité à prêter attention à mes besoins profonds, et pas seulement à ceux de mon amoureux. Je suis sur le bon chemin. La prochaine étape va être–j’ éspère, peut-être–de trouver un équilibre entre nos besoins respectifs.

Plusieurs choses m’ont été vitales sur cette route longue et sinueuse : l’écoute à laquelle j’accède grace à ma pratique du yoga, et la présence, près de moi, de personnes qui voient qui je suis et qui m’entendent comme celles dans mon groupe de Communication Non Violente.

Tchin aux cinq prochaines années !

A quoi ressemble votre résurrection ?

L’autre jour, j’ai demandé à mes étudiants à la fin de notre séance de yoga thérapeutique, lorsque nous nous sommes regroupés en cercle, à quoi ressemblait leur résurrection après ces mois d’hibernation. C’était juste après le week-end de la fête chrétienne de Pâques et la Pâque juive.

Je voudrais vous poser cette même question. Autrement dit, d’où émergez-vous ? Qu’est-ce qui a changé en vous ces derniers mois ? Qu’avez-vous appris sur vous-même ? Qu’avez-vous lâché qui ne vous sert plus ? Et qu’avez-vous adopté de nouveau ? Qui est ce nouveau « vous » ? Quelle est cette personne que vous êtes en train de devenir et que ressentez-vous à l’idee de cette nouvelle version de vous-même ?

Faites une pause et allez dans votre ressenti. Cela en vaut la peine. Cela vous permettra, au bas mot, de prendre conscience du chemin parcouru, de tout ce que vous avez expérimenté. Je suis sûre que c’est beaucoup.